La Statue de Saint Georges terrassant le dragon

La Statue de Saint Georges terrassant le dragon

La Statue de Saint Georges terrassant le dragon

Les statues de Cluj sont les témoins silencieux du passage du temps et de nombreux changements que cette ville a subi au fil du temps. Certaines grandes et imposantes, d’autres petites, mais expressives, les unes connues par tout le monde, les autres peu familières aux habitants et aux touristes qui visitent Cluj.
L’une des statues importantes de Cluj est celle de Saint Georges. Localisée dans la petite place devant l’Église Réformée de la Rue des Loups, la statue équestre représente le saint, habillé dans une cotte de mailles et terrassant un dragon. Un détail intéressant est le fait que la cotte de mailles de l’armure du saint est pareille aux écailles qui couvrent le corps du dragon ! Ce détail est devenu une source d’inspiration pour le poète et philosophe Lucian Blaga, dont le poème « În faţa unei statui a Sfântului Gheorghe » surprend métaphoriquement cette ressemblance entre le vainqueur et le vaincu, entre les forces du bien et celles du mal.
Sur le socle de la statue on peut lire une inscription qui, en traduction, signifie : « A[nno] D[omini] (ou « en l’Année du Seigneur ») 1373. Cette œuvre représente S[aint] Georges [et a été] faite par Martin et George de Clussenberch (Cluj). »
Martin et George sont les imagiers qui, à la fin du Moyen Âge, en 1373, réalisaient par ordre de l’empereur Charles IV de Luxembourg, lors du mariage de son fils Sigismond de Luxembourg avec Marie Ière de Hongrie, la première statue équestre construite dans un espace publique – sans avoir des liens avec l’architecture des environs.
Ainsi, il est important de mentionner que la statue de Cluj représente une reproduction de la statue réalisée pendant le Moyen Âge par les deux, l’original se trouve à Prague, au Château Hradciani (certains sceptiques soutiennent que ni cette statue ne serait l’original). Une autre reproduction se trouve à Budapest, dans la proximité du Bastion des pêcheurs (hongrois : « Halászbástya »).
D’abord, la reproduction réalisée en 1904 par le sculpteur József Róna et l’architecte Kálmán Lux, a été placée dans la Place Saint Georges, l’actuelle Place Lucian Blaga, devant la Bibliothèque Centrale Universitaire. Elle a été mue devant l’Église Réformée sur la rue Kogălniceanu en 1960, à la suite du développement et des changements urbanistes qui ont eu lieu à Cluj.
Et il semble que la nouvelle location s’harmonise avec l’impressionnant édifice : les bâtiments de la proximité, ainsi que le style gothique de l’Église Réformée, les châtaigniers et le silence des environs recréent une atmosphère médiévale unique dans la ville.
Peut-être non si étonnante et imposante en ce qui concerne les dimensions comme d’autres statues de Cluj, l’importance de la statue de Saint Georges est donnée par les détails esthétiques, symboliques, mais aussi techniques – la technique de la cire perdue a été rarement employée pour le coulage d’une statue approchée à la dimension naturelle.

Voici également les vers écrits par Lucian Blaga :

Într-o piaţă veche mi-e popasul.
Adast să-mi umplu înc-o dată ceasul
privind la o statuie de aramă,
rămasă-aci din veacuri de candoare.
O vrajă-n preajma ei mă cheamă.
E sfîntul care a purces călare
cu suliţa bălaur să omoare.
Cînd sfîntul s-a pornit pe cel coclaur
să-nfrunte – hotărît, dar fără ură –
primejdia, a îmbrăcat armură
lucrată-n ochiuri ca din solzi de saur.
Cine şi cum îl învăţase-anume
că-nvingătorul, dacă vrea să-nvingă,
e nevoit să semene cu-nvinsul?
Cine i-a spus lui, focului prin lume,
în zale de reptilă să se-ncingă?
Sosit de undeva din dimineaţă,
se bate-acum la blestemata gîrlă.
Cum seamănă în şea, luptînd cu braţul,
el însuşi, Sfîntul Gheorghe, c-o şopîrlă!

Photographe : Anca Hendea
Sources d’information et recommandations de lecture :
enciclopediavirtuala.ro
clipedecluj.ro
cotidiantr.ro